Optica
+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info


Archi-féministes! : L’exposition virtuelle

Archi-féministes! : Archiver le corps

Archi-féministes! : Performer l’archives

Olivia Boudreau

Sorel Cohen

Raphaëlle de Groot

Suzy Lake

Claire Savoie

Jana Sterbak

Sophie Bélair Clément

Vera Frenkel

Clara Gutsche

Emmanuelle Léonard


Clara Gutsche
Née à St-Louis (Missouri) en 1949, vit et travaille à Montréal

Série Milton Park, 1970-1973
Miss Mary Sentenne
Janet Symmers

1972

Clara Gutsche
Clara Gutsche
Série Les collèges
Épreuves à développement chromogène
38,1 x 48,3 cm (chaque)
Série Milton Park (1970-1973)
Épreuves à la gélatine argentine
25,7 X 32,5 cm (chaque)
Série Les chambres
Épreuve à développement chromogène
68,6 x 85,1 cm
Collection de Madame Natacha Martin
© Clara Gutsche
Photo : Richard-Max Tremblay

Clara Gutshce
Clara Gutsche
Série Les collèges
Juvénat Saint-Jean, Dolbeau, 1993
Épreuves à développement chromogène
38,1 x 48,3 cm (chaque)
Gracieuseté de l'artiste

Clara Gutsche
Clara Gutsche
Série des Chambres
St-Denis-de-Kamouraska, 2001
Épreuves à développement chromogène
68,6 x 85,1 cm (chaque)
Collection de Madame Natacha Martin
© Clara Gutsche

L’approche photographique de Clara Gutsche s’inscrit dans la tradition du documentaire, dont la portée sociale marque les années 1970, alors que le Québec cherche à affirmer son identité. La série de portraits de Milton Park est représentative de son travail; l’intimité y est noblement captée. Souriante dans une chambre proprette, Miss Mary Sentenne incarne une dignité typique de ces personnes, hommes comme femmes, qui se reconnaissent dans l’ordre des objets et du décor qui les entourent, alors que la jeune Janet Symmers, entourée d’affiches montrant des «stars» de la chanson québécoise, exprime la fierté d’apparaître parmi le monde qu’elle s’est construite. En 1973, l’artiste poursuit son travail (avec David Miller) en photographiant la Destruction de Milton Parc, série que le couple a exposée à Optica et qui dénonce la disparition complète d’un quartier au profit d’investissements immobiliers.








Série Les collèges
Collège Clarétain, Victoriaville, 1997
Juvénat Saint-Jean, Dolbeau, 1993
Collège Notre-Dame-de-l'Assomption, Nicolet,
1996



Les séries de Clara Gutsche ont de nombreux points communs, dont le plus important est celui de montrer un environnement habité de personnages qui s’y conforment ou qui y insufflent une part d’eux-mêmes. Mêmes absents dans Juvénat Saint-Jean, Dolbeau, ils laissent pressentir la prescription de règles et d’ordonnancement imposée par l’institution, bien que celle-ci puisse parfois autoriser un espace de liberté. La chambre de deux jeunes filles dans Collège Notre-Dame-de-l’Assomption, Nicolet exemplifie l’espace réduit mais néanmoins fort rempli par des images de figures idolâtrées. Comme elle l’a fait dans sa célèbre série des Couvents (1990-1998), elle montre dans Collège Clarétain, Victoriaville une organisation spatiale des corps et du mobilier qui indique l’ajustement voulu harmonieux et modeste entre les structures et fonctions de l’institution d’accueil et les hommes ou femmes qui s’y trouvent.










Série des Chambres
St-Denis-de-Kamouraska, 2001

Chez Clara Gutsche, dans la série des Chambres (1999-2001), l’espace inhabité n’en est pas moins chargé par la présence de personnages pressentis. Dans St-Denis-de-Kamouraska, les matériaux appliqués sur les murs de la pièce, le recouvrement du mobilier de papier journal systématiquement placé, le sac plastique vert empli de quelconques effets déposé sur le lit, tout concorde pour donner à cet espace une froideur à la fois inhumaine et chargée par l’absence de ses occupants. Les chambres de Gutsche disent combien l’archive photographique performe, par ses constituantes, le temps suspendu d’identités repérables mais néanmoins toujours en train de se construire.

T.St-G.