Optica
+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info


Archi-féministes! : L’exposition virtuelle

Archi-féministes! : Archiver le corps

Archi-féministes! : Performer l’archives

Olivia Boudreau

Sorel Cohen

Raphaëlle de Groot

Suzy Lake

Claire Savoie

Jana Sterbak

Sophie Bélair Clément

Vera Frenkel

Clara Gutsche

Emmanuelle Léonard


Raphaëlle de Groot
Née à Montréal en 1974, vit et travaille à Montréal

Exercice filmé I, 2002

raphaelle de Groot
Raphaëlle de Groot, Exercice filmé I (détail), 2002
Vidéo couleur, sans dialogue
20 min
Gracieuseté de l’artiste
Photo : Raphaëlle de Groot
Dans le dénuement d’un atelier, l’artiste s’adonne à une activité où elle confronte ses limites et met en péril son identité. Alors qu’elle tente grossièrement de donner les traits d’un visage à cette seconde peau que constitue la couche de papier, elle met en scène sa vulnérabilité comme artiste. En effet, l’exercice repose d’abord sur l’effacement de son visage et sur la privation de la vue, si indispensable au peintre, dont elle renvoie ici une image caricaturale et grotesque. De plus, elle entrave ses gestes en greffant à son corps les outils nécessaires à l’accomplissement de cette action, qu’elle a par ailleurs refait à plusieurs reprises, mais en variant les modalités d’exécution, comme en faisant appel à la participation du public. Elle venait ainsi accentuer la soumission à autrui et par conséquent la critique de son autorité au sein d’un dispositif qui, d’ores et déjà, posait la relation à l’autre comme étant constitutive de soi. La deuxième occurrence de cette action a eu lieu avec OPTICA en 2003, lors du lancement à New York de l’ouvrage «Gestes d’artistes».

M-E.C.

Porter, 2011

Raphaëlle de Groot
Raphaëlle de Groot, Porter, 2011
Vidéo couleur (édition de 5)
12 min 10 sec
70 objets emportés avec moi, 2009-2011
Objets divers, corde, cellophane, ruban adhésif,étiquette
17kg
Gracieuseté de l’artiste
Photo : Richard-Max tremblay
Cette vidéo-performance de Raphaëlle de Groot condense le travail de collecte, d’indexation et d’archive du réel qu’elle a entrepris depuis quelques années au contact de diverses communautés dont elle sollicite la participation. Entre 2002 et 2004, l’expérience d’œuvrer dans une usine textile (Biella, Italie), par exemple, témoigne de la manière dont sa pratique fait corps avec le processus et que ce dernier est porteur d’un changement, ce qu’elle accentuera selon les contextes de diffusion. Elle questionne ce rapport ontologique à la création, et par le fait même la relation à l’autre, en confrontant nos repères perceptuels. Abordant la cécité par l’entremise d’exercices – Exercice filmé, no 1 (2002), présenté lors du premier volet d’«Archi—féministes!»–, elle s’astreint ici à porter le poids de divers objets, autant de ready-made dont des individus se sont délaissés, lui faisant don. Elle leur (re)donne vie en les performant dans un singulier voyage à travers le Canada et l’Europe.

En complément, un jeu de cartes à collectionner recense les objets transportés dans la vidéo et maintenant contenus dans 70 objets emportés avec moi (2009-2011), constituant un inventaire photographique. Ces cartes numérotées sont distribuées à l’accueil de la galerie aux personnes qui s’engagent à les disséminer « là où cela fait le plus de sens pour eux ». En retour, ceux-ci doivent partager ce que la carte leur aura évoquée en faisant parvenir un récit à l’artiste, par courriel.

M-J.L.



Le poids des objets - Porter, cartes à collectionner, 2012
Protocole


De groot
Raphaëlle de Groot
Carte à collectionner n. 23 : Sac pour appareil photo, 2012
Jeu de soixante-huit cartes
Gracieuseté de l’artiste

Raphaëlle de Groot
Raphaëlle de Groot / Lucie D.
Retour, Carte à collectionner n. 6 : Couvercle d'une boîte décorative, 2012
Jeu de soixante-huit cartes
Gracieuseté de l'artiste
Le jeu de soixante-huit cartes à collectionner de Raphaëlle de Groot recense les objets transportés dans la vidéo Porter (2011) et maintenant contenus dans 70 objets emportés avec moi (2009-2011), constituant un inventaire photographique. Ils proviennent d’une collecte de dons effectuée en 2009 auprès de diverses communautés (Alberta, Québec, Italie) à la suite d’un appel invitant les individus à se départir d’objets personnels, délaissés ou mis de côté.

Avant de les attacher les uns aux autres, de Groot a photographié chaque objet avec un fil de couleur. Elle a ensuite formé le ballot qu’elle a transporté dans ses pérégrinations. Emballés sous une pellicule plastique à l’aéroport, ces derniers ne sont plus visibles ; la seule trace qui leur subsiste est leur reproduction sous forme de carte, compte tenu que le paquet ne sera pas (ré)ouvert.

L’artiste vous invite à choisir une carte parmi les soixante-huit du jeu – chaque carte est unique et numérotée – et à vous l’approprier. En échange, elle souhaiterait connaître la place que vous lui réserverez, le sens que vous lui donnerez ou qu’elle prendra pour vous en quelques mots ou par une image. Elle vous propose de partager cette réflexion en l’envoyant à l’adresse électronique inscrite au verso de la carte.

Votre message resurgira sous une autre forme dans la poursuite du travail – site Internet, publication, communication publique, etc – grâce au courriel que vous aurez transmis et qui permettra en retour à l’artiste de vous contacter.

M-J.L.