Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions 1990

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Marik Boudreau
du 13 janvier 1990 au 11 février 1990
Architectures oubliées

Ce document est uniquement disponible en anglais :
"Optica is an artist-run center. In the context of its new programming, we invited Martha Fleming and Lyne Lapointe to curate a photographic installation by Montreal artist, Marik Boudreau.

The exhibition, which documents a number of architectural relics in a study of urban decay, particularly in the Lachine Canal area of Montreal, will include photographs of La DONNA DELINQUENTA, the Stelco, Redpath, Coleco Factories and of abandoned warehouse. These are portraits of buildings in disuse, black holes in the urban dynamic. They allows us to discover an exceptional architecture, an architecture disrobed of meaning, in its intimacy.

The power and the discretion of Marik Boudreau's photographic work and the intensity of her involvement towards this art are tightly bound with the knowledge of The City. The work reflects the power of the urban unstability. She uses the camera as a "scientific tool" that pulls out the architecture's metaphysic.

These places have been, are and will be the theatre of something. Places in transformation, sites. A sensation of photografing the mobile instead of the immobile.

We said photo-installation because it includes the edification of wood pannels inspired from covered sidewalks, in which will be integrated Marik's photos, as holes in a barricade. She will attempt to adapt construction to each space in which it will be installed and this, during all its itinerancy. She will try to take advantage of the space's condition, integrating the city's point de vue as drawn from the gallery's windows.

The photos represent various buildings in Montreal, they are part of the city's architectural history. The sound track will recall these different periods. The music will become a component of the installation, embodying the elements in space. This experimental music will play during the show. The orchestration will include the following instruments : electronic bass, electronic drums (RX11-RX5), synthetizer, acoustic drum, banjo, ukulele, cymbalum, xylophone and "special effects".

We expect to produce a bilingual brochure that will include a text by Martha Fleming and some reproductions reproductions of Marik Boudreau's work. This brochure will be included, free of charge, to the show's different venues."
- Communiqué de presse (Optica)

- Cron, Marie-Michèle, «Marik Boudreau: Taudis soit-elle», Voir, 25 au 31 janvier 1990,p.17.
- Ménard, Pierre, «Souvenirs effondrés», Guide Mont-Royal, vol. 51 no. 4 (24 janvier 1990), p.15.
- Lehmann, Henry, «History meets fantasyland in Hébert's witty clay sculptures», The Gazette, Monday, January 29, 1990.





Dennis Adams
du 17 février 1990 au 18 mars 1990
Preferred Properties

Travaillant à partir d'images photographiques appropriées, Dennis Adams a réalisé plusieurs types de constructions publiques, dont les plus connues sont ses abris-bus (à New-York, Munster, Toronto...).
"Les oeuvres qu'il présente dans les contextes du musée ou de la galerie font appel à l'architecture et provoquent une réflexion sur l'image médiatisée et ses rapports avec le pouvoir et l'histoire".
-Patricia C. Phillips
"Mon travail traite de la fragilité de l'histoire et de la mémoire dans une société de consommation au rythme effréné. Je veux rendre visible l'instant de la perte, le savourer, si vous voulez, comme une sorte de poétique du désespoir."
- Denis Adams
- Document interne (Optica)


- Gravel, Claire, «Adams, Jean, Wainio, Bourassa: Comme une image retournée...», Le Devoir (samedi 10 mars 1990),C-12.



Artistes : Nathalie Alpers, Susan Bennett, Gerry Bergstein, Laurent Bouchard, Aaron Fink, Bernard Gamoy, Suzanne Grisé, Judy Haberl, Magnus Johnstone, Denis Lebel, Janet Logan, Steve Picker, Violaine Poirier, Suzanne Roux
du 22 mars 1990 au 22 avril 1990
Montréal / Boston

Ce document est uniquement disponible en anglais:
More than a year ago the Conseil des Artistes Peintres du Québec (CAPQ) and The Artists Foundation of Boston agreed to collaborate on an exchange exhibition of painters from Montreal and Boston.

After successfully securing research funds, each organization hired a guest curator – Lorne Falk from Montreal and Helen Shlien from Boston. […]

Artists from Montreal:
Laurent Bouchard, Bernard Gamoy, Suzanne Grisé, Denis Lebel, Janet Logan, Violaine Poirier, Suzanne Roux.

Artists from Boston:
Natalie Alpers, Susan Bennett, Garry Bergstein, Aaron Fink, Judy Haberl, Magnus Johnstone, Steve Picker.

In the final exhibition, each artist will be represented by three works selected by the curators after a second studio visit. The 14 artists will be exhibited together. The show is scheduled for January, 1990 in Boston and for March/April, 1990 in Montreal.

The Orientation of the Exhibition:
[…] The exhibition focuses on figuration, although the legacy of abstraction is evident in several instances. The content of the work addresses two general concerns. First, there is a consideration of what the social relation of contemporary painting might be. This is variously represented by political, feminist, scientific and historical / mythical orientations. The second preoccupation addresses the relation of the individual to his or her natural environment. This is evidenced by the presence of subjects such as the landscape, maps, still life motifs and viruses.

Notwithstanding the concurrence of content, there are notable formal differences between Boston and Montreal painting. Painters in Boston work in a more classical style that can be identified with the legacy of Philip Guston, who taught there for many years. They tend to work within the tradition of the stretched, rectangular canvas and the paint is thick and richly textured. By contrast, Montreal painters tend to employ collage processes, to break with the tradition by shaping the canvas and / or replacing the canvas with materials such as wood or metal. There is a strong surreal element in Montreal painting, whereas Boston painters are inclined to a more expressionist mode.

These similarities and differences will be elaborated by the juxtaposition of different works in the installation and, of course, by the curators catalogue texts.
- Document interne (Optica)



du 26 avril 1990 au 6 mai 1990
Expo-encan

Ce document est uniquement disponible en anglais :
Auction : May 6th
Exhibition dates : April 26th to May 5th
Registration begins at 12h30
Entrance Fee: 3$
Auctioneer: François Beaulieu

optica 3981, boul. Saint-Laurent
Espace 501, Montréal
287-1574
- Affiche (Optica)


image
© Page couverture l Book cover, S’étourdir de paroles, 1990.

Paul Landon
du 12 mai 1990 au 6 juin 1990
S'étourdir de paroles

Mes installations récentes sont initiées par le dessin. Comme des dessins, elles témoignent des traces d'une présence humaine disparue. Les voix enregistrées suggèrent la présence éphémère de l'interlocuteur; les fils, les sentiers qu'il aurait pu suivre. L'environnement architectural du lieu d'exposition est utilisé comme troisième élément qui affect à la fois l'arrangement physique des fils et la qualité du son.
- Paul Landon
- Communiqué de presse (Optica)

Voir le catalogue des publications.

- Gravel, Claire, «Femmes et écologie: Elanor Bond: rendre à l'homme son aliénation», Le Devoir (samedi 2 juin 1990), p. 7.
- «S'étourdir de paroles», Parallélogramme, Vol. 16, No. 1.



image
© Page couverture l Book cover, Inter'di, 1990.

Gordon Laird, Josh Garber
du 8 septembre 1990 au 7 octobre 1990
Inter'di

La galerie Optica est heureuse de présenter la première d’une série de trois expositions regroupées sous le titre d’Inter’di. Dans ce premier segment, les photographies de Gordon Laird sont présentées en confluence avec une installation de Josh Garber.

«Deux thèmes sous-tendent ma production. Le premier met en jeu la relation entre l’homme et la technologie. Le second se rattache plus particulièrement au problème qu’est celui de capturer l’énergie dans son état organique le plus pur.»
-Josh Garber

«L’oeuvre est comme une coupure que l’on se fait au contact du bord tranchant d’une feuille de papier, se rapportant au sentiment avant la vision, aux réactions surprenantes provoquées par des objets à l’apparence inoffensive. […] vous êtes constamment et répétitivement entraînés vers vos propres inclinations qui resurgissent à travers l’immédiat du visible et du viscéral; avant même d’avoir la possibilité de considérer une position, vous en occupez déjà une.»
– Karen Houle sur Gordon Laird
- Communiqué de presse (Optica)

Voir le catalogue des publications

- Gravel, Claire, «L'apocalypse et après», Le Devoir, samedi 22 septembre 1990,p. C-12.



Bernard Rousseau, Miguel Angel Berlanga
du 20 octobre 1990 au 18 novembre 1990
Inter'di

« Il me semble que notre espèce ait franchi un point mystérieux, d’où il soit impossible de régresser. » Cette pensée de Cannetti, reprise par Jean Beaudrillard dans « Les stratégies fatales », laisse entendre qu’il y aurait un point dans l’histoire où on aurait quitté la réalité. Depuis lors, rien ne serait vrai, mais nous ne pourrions pas nous en rendre compte.

Et si l’apocalypse, ce moment à la fois tant attendu et tant redouté, avait déjà eu lieu sans qu’on s’en aperçoive, comme une sorte d’excroissance qui aurait poussé tranquillement, une sorte de cancer des systèmes, incluant celui de la culture, où on s’obstine à tout répertorier, à tout référencer à l’infini. Ces mises en abîme finissent par créer un labyrinthe fantastique où toutes ces citations, toutes ces références vivent les unes au dépens des autres jusqu’à la démesure, l’encombrement et au détriment de leur finalité initiale.

Dans la série que je travaille en ce moment, j’avance l’hypothèse que ce point pourrait très bien coïncider avec la mort de l’art annoncée par les minimalistes. Chaque œuvre comporte un ou plus d’un élément à caractère minimaliste, qui vient ce greffer à une image figurative.

Par exemple; le torero mort est une œuvre inspirée du tableau de Monet qui porte le même titre où un personnage semble flotter dans un fond quasi uniforme. Le torero évoque, en quelque sorte, l’art minimaliste confronté au défi qu’il a choisi. L’un et l’autre deviennent la victime de leur propre jeu.

L’image s’étend sur quatre tableaux-dessins carrés du même format et placés côte à côte. Le quatrième est monochrome, par allusion au minimalisme. À gauche, en retrait, ce trouve un cinquième tableau complètement noir.

Dans Autopsie, le même personnage, au dernier acte, gît sur une froide plaque de pierre blanche. Au dessous de cette première image, un panneau tout blanc.
- Miguel Angel Berlanga, 1989
- Document interne (Optica)
Voir le catalogue des publications

- Gravel, Claire, «L'apocalypse et après», Le Devoir, samedi 22 septembre 1990, p. C-12.
- Gravel, Claire, «Le carambolage généralisé de la sculpture», Le Devoir, jeudi 25 octobre 1990, p. B-3.




Michelle Normoyle, Pierre Fournier
du 24 novembre 1990 au 23 décembre 1990
Inter'di

Interdit c’est le résultat d’une réflexion portée sur la notion d’exposition. Il s’agira ici d’élargir le temps et l’espace normalement alloues a ce type d’événement—d’élargir l’objet d’art (déjà élargi par ailleurs)—en mettant l’accent sur le processus artistique plutôt que sur son produit et en favorisant des projets intersubjectifs ou artistes, critiques, et chercheur-e-s entrecroisent leurs recherche dans un contexte d’interdépendance, d’interaction et de chevauchement. Le but du programme est de sortir l’artiste de son environnement habituel et d’ouvrir ses activités sur des voies "impures". L’espace matériel et immatériel d’interdit n’est pas tout a fait celui de la collaboration (le terme serait trop lourd), ni celui du travail collectif (ceci supposerait un certain anachronisme)...interdit, c’est plutôt un site (un prétexte) de tension, de confrontation et de passages d’idées ou de façons de faire. La question clé qui soutient un tel site pourrait se formuler ainsi: comment l’autre peut-il/elle dévoiler le non-connu de ma propre démarche?
- Document interne (Optica)

Voir le catalogue des publications.

- Gravel, Claire, «L'apocalypse et après», Le Devoir, samedi 22 septembre 1990, p. C-12.
- Gravel, Claire, «Anti-technologie contre haute technologie», Le Devoir, mardi 18 décembre 1990,p. B-3.