Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions 1993

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Louise Noguchi
du 30 janvier 1993 au 28 février 1993
Workstations





Arthur Munk
du 30 janvier 1993 au 28 février 1993
Sphère




image
© Page couverture l Book cover, Le projet Abattoir : Interventions in situ /site-specific interventions, 1991-1993, 1993.

Franc Petric
du 10 avril 1993 au 9 mai 1993
Abattoir

Commissaire : Derek Knight (publication)

Voir le catalogue des publications.



François Cormier
du 10 avril 1993 au 9 mai 1993
Quatre peintures pour un tableau

Je me suis arrêté pour peindre. J'ai pris le temps de construire des mondes, à contre-courant de ce que nous propose aujourd'hui tout l'arsenal technologique pour fabriquer de nouvelles images, toujours plus fragmentées, plus amplifiées, plus lumineuses.

J'ai peint en méditant sur cette remarque d'André Bazin : «Si habile que fût le peintre, son oeuvre était toujours hypothéquée par une subjectivité inévitable. Un doute subsistait sur l'image à cause de la présence de l'Homme... la satisfaction complète de notre appétit d'illusion [passe] par une reproduction mécanique dont l'Homme est exclu.» Avoir la volonté de représenter par la peinture aujourd'hui, c'est accepter cette humanité un peu gauche, ce doute persistant de ne jamais qu'effleurer la réalité, de ne pouvoir qu'émettre une opinion dans les limites d'un langage, c'est de prendre, enfin, le parti pris de la fiction. Puis, quand Bazin dit encore : «La perspective fut le péché originel de la peinture occidentale.» Je comprends que cette science (la perspective) qu'avait découverte l'Homme allait l'exclure inexorablement du paradis de l'illusion pour mieux camoufler l'illusion du paradis.

J'ai peint en regardant vers le passé comme si j'avais trop longtemps attendu quelque chose de l'Avenir, comme si j'avais croqué dans une pomme un peu trop dure.
- François Cormier (mars 1993)
- Document interne (Optica)



Derek Knight
le 8 mai 1993
Conférence





Penny Arcade, Victor Bouillon, Chris Kraus, Marion Schemma, Andres Serrano, Nancy Spero, David Wojnarowicz
du 14 mai 1993 au 12 juin 1993
Viande mystique

Journées internationales Antonin Artaud
Collaboration avec l'UQAM

En mai 1993 avait lieu à Montréal le premier colloque international consacré à l’œuvre d’Antonin Artaud. Ce colloque est organisé par l’UQAM et le Collège international de Philosophie de Paris. Des chercheurs canadiens, européens et américains y ont participé.

L’œuvre d’Artaud est l’une des productions littéraires les plus inventives du vingtième siècle. C’est dans cette perspective que Simon Harel de l’UQAM a adopté le parti pris de structurer un colloque, qui regroupe des chercheurs et des créateurs provenant de diverses aires théoriques. La mise en commun de sémioticiens, de psychanalistes, de critiques littéraires, de poètes, de philosophes, de spécialistes du domaine théâtral, assurait à ce colloque une orientation multidisciplinaire.

Au sein de cet événement, le rôle d’Optica aura été de présenter le volet contemporain, regroupant les œuvres de Nancy Spero (dessin), Victor Bouillon (installation sonore), David Wojnarowicz (photographie), Andres Serrano (photographie) et les bandes vidéos de Chris Kraus, présentées dans la salle multidisciplinaire, ainsi qu’une conférence de Nancy Spero le 28 mai à 20h00 à la galerie.

À partir du principe que l’art ne se crée jamais de rien, la commissaire invitée, Mme Sylvère Lotringer de l’Université de Columbia à New-York, a réuni cinq artistes, dont l’œuvre s’est inspirée, à un moment donné ou à un autre, à celle d’Antonin Artaud. L’exposition "Viande Mystique" questionne les influences d’une pratique citationnelle, grandissante au début des années quatre-vingt, qui témoigne du malaise à voir disparaître des ouvrages d’auteurs, qui sont rattachés à une certaine tradition littéraire.

Les pièces de la série Codex Artaud (1971-1972) de Nancy Spero révèle la pensée d’Artaud sous le même mode d’expression : des dessins idéographiques. Les rouleaux de papier de riz dénoncent les révoltes intérieures d’une artiste féministe que la rage et la frustration d’Artaud lui auront permis d’extérioriser.

Artaud avait lui aussi ses modèles : Saint-François d’Assise, Beaudelaire, Van Gogh, Neitzche et Jésus-Christ. « Il y aura toujours des truqueurs à côté des initiés », écrivait Artaud. Andres Serrano documente cette folie à sa façon, par des images photographiques choc des cadavres de la morgue.

Victor Bouillon se tourne vers Artaud pour donner à une de ses obsessions : le rêve. Il procèdera par glissements de sens. Ainsi, une série de haut-parleurs, suspendus à la hauteur du bassin d’un observateur, tissent un réseau sonore dans lequel l’on est invité à se déplacer. À l’arrière plan sur le mur de la galerie, est représentée une photographie, grand format de la clinique d’Ivry où séjourna Artaud. Les hauts-parleurs font entendre deux enregistrements : la voix du castrat, métaphore de la mort dénonçant la révolte contre Dieu le Père, se superpose à celle, apaisante à l’Avé Maria.

David Wojnarowicz ne connaît pas Artaud mais ses doubles qui sont Jean Genest et Arthur Rimbaud. Ses héros sont soit homosexuels, drogués ou alors comme Artaud, des hors-la-loi. Les photos (1987-88) proviennent de collages, d’assemblages ou de mise en place d’objets révélateurs d’un art nomade à la mesure de ses désirs.

Les bandes vidéos de Chris Kraus, Voyage to Rodez (14 minutes, 1986) et Foolproof Illusion , interrogent l’actualité de la figure d’Artaud en ces lieux de retraite ou institutions psychiatriques.
- Document interne (Optica)



Nancy Spero
le 28 mai 1993
Conférence





Barbara Claus, André Clément
du 9 septembre 1993 au 9 octobre 1993
Limbe(s)

Mois de la photo à Montréal



Laura Letinsky
du 9 septembre 1993 au 9 octobre 1993
Intimate Stages

Mois de la photo à Montréal


image
© Page couverture l Book cover, Le bénéfice du doute (Les cahiers des regards), 1993.

Nicole Jolicoeur, Denis Lessard, Claude Lévêque, Pierre Jean Serres, Nell Tenhaaf, Erwin Driessens, Maria Verstappen
du 14 octobre 1993 au 13 novembre 1993
Le bénéfice du doute - Volet 1

Commissaires : Diane Gougeon, Annie Molin Vasseur, Alain Reinaudo (publication)

En collaboration avec la Galerie d’art contemporain du Centre Saint-Vincent, Herblay, France.

"Le bénéfice du doute" est le titre d’une exposition née de la rencontre de trois conservateurs. Destinées à l’origine à être montrée dans deux espaces différents à Montréal, nous avons décidé de grouper nos efforts et d’en faire un seul événement, qui se tiendra en deux temps à Optica, pour ensuite voyager en France et en Hollande. C’est donc une organisation conjointe du Centre d’art d’Herblay (France) et de la galerie Optica (Montréal).

Optica présente les deux volets de cette exposition du 14 octobre au 13 novembre et du 18 novembre au 18 décembre 1993. De par sa vocation, Optica est un centre d’artistes ouvert au partenariat avec artistes, galeries et centres étrangers ainsi qu’avec des commissaires indépendants.

Le centre d’Herblay de son côté favorise les ententes à long terme, ayant institué un réseau international de circulation des idées et des œuvres entre plusieurs intervenants de l’art. C’est ainsi que les artistes français et hollandais continuent avec cette manifestation une aventure entreprise bien avant et que certains des artistes québécois y prolongent des contacts, entrepris avec Herblay.

Les artistes participants sont : pour le premier volet, Erwin Driessens & Maria Verstappen (Pays-Bas), Nicole Jolicoeur, Denis Lessard, Nell Tenhaaf (Québec), Claude Lévêque, Pierre-Jean Serres (France) et pour le second volet, Jean-Sylvain Bieth (France), Corrine Corry, Lani Maestro, André Martin (Québec), Andrej Roiter et Lydia Schouten (Pays-Bas). Il ne s’agit pas d’un échange traditionnel (chaque centre envoyant ses artistes à l’étranger) mais bien une exposition-partage où les œuvres se répondent dans le même espace : une rencontre entre différents individus et différentes recherches, plutôt qu’une invitation thématique sur laquelle des œuvres ou des individus viendraient se greffer.

En tant que conservateurs, nous avons respecté nos propres affinités et avons été à l’écoute des propositions des artistes qui nous ont semblé se répondre et s’organiser autour de ce qui a été nommé "Le bénéfice du doute". En bref, une présentation qui confronte le privé et le public, l’image sociale et la réalité, les limites du visible et du fictionnel, et où se côtoient principalement photographies et installations. Un catalogue sera édité où Catherine Bédard et Ijsbrand van Veelen nous proposent leur lecture des œuvres.

Nous souhaitons que cette exposition, en plus d,être itinérante, devienne une autre aventure qui se prolonge dans des confrontations stimulantes, expositions et rencontres de toutes sortes, renforçant les liens de solidarité et de continuité établis.

Certains individus et organismes maintiennent également leurs implications en art contemporain. Ainsi en est-il de la plupart des commanditaires et intervenants culturels qui nous ont à nouveau accordé leur soutien. L’exposition Le bénéfice du doute a été réalisée avec l’aide du ministère des Affaires internationales du Québec, du programme Diffusion hors Québec, du ministère de la Culture du Québec, du programme des Relations culturelles internationales des Affaires extérieures et Commerce extérieur du Canada/ with the assistance of the International Cultural relations Program of External Affairs and International Trade Canada, de l’Association Française d’Action artistique, du ministère Français des Affaires Étrangères, du Consulat Général de France et de KLM-Lignes Aériennes Royales Néerlandaises. Qu’ils en soient tous remerciés ici.
- Diane Gougeon, Alain Reinaudo, Annie Molin Vasseur
- Communiqué de presse (Optica) Voir le catalogue des publications.



Jean-Sylvain Bieth, Corrine Corry, Lani Maestro, André Martin, Andreï Roiter, Lydia Schouten
du 18 novembre 1993 au 18 décembre 1993
Le bénéfice du doute - Volet 2

Commissaires : Diane Gougeon, Annie Molin Vasseur, Alain Reinaudo (publication)

Voir le catalogue des publications.