Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Images

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Page couverture l Book cover, Table-Tableau-Toile, la demeure et l’exil, 1987.

Sylvie Bouchard, Jean Lantier, Monique Mongeau, Guy Pellerin
du 30 mai 1987 au 20 juin 1987
Table-tableau-toile : la demeure et l'exil

Mise sur pied par un comité restreint de la galerie, composé de Michel Denée, Yvonne Lammerich et Jacques Doyon. « Table- Tableau- Toile: la demeure et l’exil » réunit quatre artistes québécois: Sylvie Bouchard, Jean Lantier, Monique Mongeau et Guy Pellerin, dont les travaux présentent certaines affinités, autant formelles que poétiques. « Table- Tableau- Toile: la demeure et l’exil » ou l’interaction du pictural et du spatial: Les démarches diversifiées de ces artistes ont toutes été marquées, à divers titres, par le questionnement réciproque de la peinture et de la sculpture. Que ce soit par une mise en évidence systématique du support pictural, comme dans le cas de Guy Pellerin. Ou que ce soit, littéralement, par la projection de l’objet pictural dans la tridimensionnalité, comme chez Monique Mongeau. Que ce soit la peinture qui, dans le cadre de l’installation, vienne amplifier l’espace réel par tous les artifices de la représentation, comme la réalisait Sylvie Bouchard. Où finalement, avec Jean Lantier, que la peinture et la sculpture (et plus récemment la photo) agissent comme autant de signes pour suggérer des paysages et des architectures fragmentaires et contradictoires... Chez chacun l’espace illusoire de la représentation domaine de différentes façons, mais il est à chaque fois travaillé par sa confrontation avec l’espace réel.

La demeure et l’exil: Une sensibilité similaire réunit aussi ces travaux sur le plan de leur contenu. Une atmosphère nostalgique leur est en effet commune, fortement marquée par un univers symboliste qui trouve ici sa matérialisation dans une imagerie centrée sur la demeure et le grand large. Maison isolée au sein d’un paysage désertique et indéterminé, vagues silhouettes urbaines inscrites dans l’infini du cycle géologique et stellaire, petites embarcations lancées sur une mer aux confis de laquelle se découvre un monde surréel et magique, ou, plus schématiquement, barque sur une mer déchainée à la recherche du ziggourat inaccessible: toutes ces images relèvent d’une représentation symboliste du rapport à l’univers.

Le texte du catalogue, écrit par Michel Denée, s’efforce de montrer la permanence de ce symbolisme dans les travaux de la génération précédente d’artistes québécois. Il essaie ainsi d’esquisser un climat mental et formel peut-être spécifique au Québec.

Depuis quelques quinze années maintenant, la galerie Optica s’est donnée pour objectif de mettre le public et la communauté artistique montréalaise en contact direct avec l’art canadien et international. Mettant aujourd’hui à profit la réputation qu’elle s’est acquise, la galerie entend aujourd’hui participer à l’élargissement de l’audience des artistes québécois hors du Québec. C’est un des objectifs sous-jacents à la tenue de cette exposition que nous désirons faire circuler dans différentes régions du Canada durant l’année 1988.
- Jacques Doyon
- Communiqué de presse (Optica)

Voir le catalogue des publications.

Bibliographie
Gravel, Claire, « Nos Choix; Arts Visuels », Le Devoir, vendredi 19 juin 1987. p. 15.
Racine, Robert, « Table-Tableau-Toile: la demeure et l'exil ; Optica, Montréal, 30 mai au 20 juin 1987 », Vanguard, November 1987 p. 41.
Beaudet, Pascal, « Une atmosphère symboliste », Vie des Arts, décembre 1987 p. 64.