Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Images

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Page couverture l Book cover, Fin de siècle, 2000.

Robin Dupuis, Pierre Fournier, Rémi Lacoste
du 14 janvier 1999 au 20 février 1999
Fin de siècle : Speed

Commissaire : François Dion

La troisième partie du projet «Fin de siècle» s'attarde à la notion de temps. «Speed» réfère à l'idée de vitesse : celle que nous impose la technologie et son incessante recherche d'efficacité et de performance. Le contexte des arts contemporains ne saurait se contenter de la trop simpliste équation «temps=rapidité». Les oeuvres présentées dans cette exposition rendent compte de la complexité du rapport au temps qui affectent les pratiques artistiques contemporaines. «Speed» réfère donc à la perception du temps et du contexte technologique qui l'affecte de meme qu'à la traduction de cette perception dans le contexte de l'art actuel. Comment réagissent les artistes à l'accélération et au manque de temps qui caractérise notre époque?

Si l'impact des technologies sur l'art fait surgir la question d'une certaine «machination» qui règlent en partie nos comportements et du rétrécissement toujours grandissant de l'espace que l'efficacité technologique contribuent à réduire, l'exposition aborde plus largement la question d'une certaine «qualité» des rapports aux choses. Et elle n'écarte pas l'idée de la contemplation et de l'attente, car «Speed» implique aussi un effet de transe et d'abandon.

Voir le catalogue des publications.

Robin Dupuis est vidéaste et membre-fondateur du collectif «Perte de signal». Ses bandes vidéo ont été présentées au Québec et en France, notamment en 1998 au Festival international du nouveau cinéma et des nouveaux médias de Montréal. À titre de monteur, il a collaboré à la production de diverses oeuvres vidéographiques d'artistes québécois. Il vit et travaille à Montréal.

Pierre Fournier est sculpteur et détient un diplôme de maîtrise en arts plastiques de l'Université du Québec à Montréal. Il a surtout exposé son travail en France et au Québec, notamment à la Galerie Christiane Chassay, à Occurence, à Axe Néo-7 et à Oboro. Il prépare actuellement une importante exposition individuelle pour la galerie de l'Université de Sherbrooke. Pierre Fournier vit et travaille à Montréal.

Rémi Lacoste est récemment diplomé de l'Université de Montréal. En 1998, il a produit un documentaire intitulé «Tekhnê» qu'il présentait au dernier Festival international du nouveau cinéma et des nouveaux médias. Il est membre-fondateur du collectif «Perte de signal» ainsi que membre du comité organisateur du 7e et 8e Événement interuniversitaire de création vidéo. Il vit et travaille à Montréal.

François Dion est critique et commissaire. Il a travaillé avec divers organismes culturels montréalais et il est coéditeur de CUBE. Il a, entre autres, organisé les expositions «Emprunts« (Galerie Vox) en 1995 et «Les présents relatifs» (Quartier Éphémère et Centre d’art contemporain de Rueil-Malmaison) en 1997. Il est actuellement le directeur de la galerie 101 à Ottawa.


Bibliographie
- Lamarche, Bernard, «Branchés en direct», Le Devoir, 23-24 janvier 1999, p.B13.
- Miller, Marcus, «Speed Demons», Hour, vol. 7, no 4, 28 janvier – 2 février 1999, p.22.