Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Info

Soutenez Optica - Historique

Pour nous joindre

Appel à projets

Programmes de résidence

Équipe et partenaires

Bénévoles

Soutenez Optica

Liste d'envoi

Mission et historique


OPTICA a su organiser des campagnes de financement innovatrices qui ont été de réels événements pour le milieu montréalais. L’on pense notamment à «Rêve d’un soir», 1996, calqué sur les défilés de mode où artistes, commissaires et galeristes de l’heure défilaient le prêt-à-porter des meilleurs couturiers et designers montréalais (Ste-Pierre, Dubuc, Barbeau, etc.) Sous les auspices de Pierre Beaudoin, administrateur d’OPTICA et concepteur de cette méga fête interdisciplinaire, des critiques d’art, des chroniqueurs et des écrivaines comme Marie Cardinal se sont prêtés au jeu, emboîtant le pas à l’animatrice radiophonique Myra Cree, qui était «la maître de cérémonie» de cette soirée mémorable. L’on en a parlé jusqu’à Vancouver!

En 2001, OPTICA offre la chance d’acquérir une œuvre de Louise Bourgeois et de Nicolas Baier pour son événement bénéfice annuel. Tout don donne droit à un bulletin de participation au tirage. Lors de la soirée du 31 mai, les noms des gagnants sont dévoilés. Les bénéfices de cette soirée ont servi à créer le Fonds de publications OPTICA, afin de doter le centre d’une plus grande autonomie éditoriale.

L’autre moment fort de cette histoire se nomme «Les panoramiques», 2004, qui est une réédition des «Instantanés», 2000, où l’on avait procuré dans les deux cas une caméra jetable de format 35 mm et panoramique à un nombre d’artistes qui avait accepté de faire des images à partir de ces appareils rudimentaires. Le contenu de la caméra était mis en vente. Le futur collectionneur en faisait l’acquisition sans connaître le contenu qui était dévoilé lors de la soirée bénéfice. La soirée animée des «Panoramiques» s’est déroulée au Bar PatroVys sur l’avenue du Mont-Royal.

Mais la campagne qui a fait le plus parlée d’elle est sans conteste le concert bénéfice de Pierre Lapointe, «La forêt des mal-aimés» au Monument-National, en 2007, pour souligner le trente-cinquième anniversaire d’OPTICA. À cette occasion, le centre annonce la création du programme William A. Ewing de recherche et de résidence en arts visuels, au nom du fondateur et premier directeur d’OPTICA, qui allouera une bourse de 25 000 $ pour un travail de recherche, de création et d’écriture en art contemporain. Une conférence de presse lance le début de la campagne en présence de William A. Ewing, venu de Lausanne. Le comité d’honneur est composé de personnalités du milieu des arts, de la chanson et des affaires.

Avec cette campagne, OPTICA atteint son objectif de 20 000$ pour fins de dotation. En achetant un billet, assorti d’un don pour le spectacle de Pierre Lapointe, chaque contribution participe à établir les premières assises du Fonds de dotation OPTICA, dont la gestion est confiée à la Fondation du Grand-Montréal sur une période de dix ans.

En mars 2008, OPTICA est en nomination pour le 23e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal. Le centre est en liste pour «l’énergie créatrice de ses activités soulignant son 35e anniversaire.»