Optica
+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

2020 - 2021

Programmation

Activité en cours_Art pour emporter ! / Current activity_Art To Takeout!
du 17 novembre 2020 au 13 février 2021


du 24 novembre 2020 au 13 février 2021

Sandra Brewster
du 24 novembre 2020 au 13 février 2021

Laura Acosta et Santiago Tavera
du 27 février 2021 au 17 avril 2021

Charlotte Clermont
du 27 février 2021 au 17 avril 2021

Myriam Yates
du 1 mai 2021 au 19 juin 2021

Gabriela Löffel
du 1 mai 2021 au 19 juin 2021

MOMENTA | Biennale de l'image; Commissaire | Curator: Stefanie Hessel; Artiste à confirmer | Artists to confirm

du 10 septembre 2021 au 23 octobre 2021

Caroline Cloutier
du 13 novembre 2021 au 18 décembre 2021

Olivia Boudreau
du 13 novembre 2021 au 18 décembre 2021




image

Art pour emporter. | Art to takeout. Crédit : Sandrine Côté.

Activité en cours_Art pour emporter ! / Current activity_Art To Takeout!
du 17 novembre 2020 au 13 février 2021

Vous pouvez réserver votre kit sur rendez-vous seulement pour le récupérer dès le 17 novembre!

OPTICA propose Art pour emporter, un kit créatif gratuit à réaliser directement de la maison. Le kit créatif permet au jeune public d’en apprendre davantage sur la pratique artistique de Sandra Brewster, une artiste torontoise dont les œuvres seront exposées à OPTICA cet automne (en attente d'ouverture) jusqu'au 13 février 2021. En s’inspirant de la série photographique Blur, le kit permet de se familiariser avec la technique de transfert au gel qu’utilise l’artiste dans plusieurs de ses œuvres. Au menu : le matériel nécessaire à la réalisation de son propre transfert au gel, un tutoriel virtuel pour accompagner les participants à travers les différentes étapes de réalisation du transfert, des informations pratiques et des petites activités ludiques.

Les quantités sont limitées. Veuillez réserver votre kit à mediation[@]optica.ca et prévoir un moment pour le récupérer.

Ou réservez par le biais de ce formulaire.


Voici le lien du tutoriel sur notre chaîne Médiation OPTICA.

jdelaculture2020





du 24 novembre 2020 au 13 février 2021
Fermeture de l'exposition et mesures sanitaires

Nous sommes heureux.ses d’annoncer qu’OPTICA a repris ses activités en galerie!
Cependant, dans la foulée du contexte actuel, concernant la pandémie COVID-19, OPTICA suit les directives de Santé publique du Québec. Dans le but de protéger nos visiteurs ainsi que notre équipe, l'exposition est actuellement fermée jusqu'à nouvel ordre .

Lors de la réouverture, nous vous demandons de respecter les consignes suivantes :

- réservation obligatoire de la visite d’exposition par le biais de ce formulaire;

Les visites spontanées seront toutefois acceptées selon l’achalandage dans les aires de galerie. Nous pouvons accommoder un maximum de 10 personnes;

- port du masque ou du couvre-visage obligatoire tout au long de la visite;
- obligation à l’arrivée de se désinfecter les mains : du gel hydroalcoolique est disponible sur place;
- maintenir une distanciation de 2 mètres entre chaque personne, afin de faciliter la circulation et votre visite;

Si vous avez des symptômes associés à la COVID-19, veuillez reporter votre visite.

Bienvenue à toutes et tous !




image

Sandra Brewster, Untitled (Blur), 2017 – 2019.
Détail, photographie transférée sur papier archive à l’aide d’un gel acrylique, 96 photographies,
25,4 x 17,78 cm.
Avec l’aimable permission de Sandra Brewster et Georgia Scherman Projects. |
Untitled (Blur), 2017 - 2019. Detail, Photo-based gel transfer on archival paper, 96 photographes,
25,4 x 17,78 cm.
Courtesy Sandra Brewster and Georgia Scherman Projects


Sandra Brewster
du 24 novembre 2020 au 13 février 2021
Works from series:
Smith
Blur

Video:
Walk on by


**AVIS IMPORTANT**Dans la foulée du contexte actuel, concernant la pandémie COVID-19, OPTICA suit les nouvelles directives sanitaires de la Santé publique. Nous tenons à vous informer que l’exposition est fermée jusqu’à nouvel ordre. Consultez notre site Internet et nos réseaux sociaux afin de connaître les développements de la situation en vue de la reprise. D'ici là portez-vous bien!

RÉSERVEZ VOTRE VISITE par le biais de ce formulaire.

The Potential of Movement

L’œuvre de Sandra Brewster a fait l’objet de nombreuses expositions au Canada et aux États-Unis, dont une récente présentation individuelle au Musée des beaux-arts de l’Ontario. Elle a également fait partie d’expositions collectives, comme What Carries Us: Newfoundland and Labrador in the Black Atlantic et la première exposition consacrée à la diaspora guyanaise intitulée Un|Fixed Homeland, de même qu’elle a participé à des expositions dans les Caraïbes et des villes du continent africain : Lagos, Addis-Abeba et Cape Town. Sa pratique est une visualisation de la diaspora noire, au pays et à l’étranger.

L’exposition individuelle de Sandra Brewster à OPTICA rassemble des images tirées de la série Blur et l’installation vidéo qui l’accompagne Walk on by, de même que Untitled Smith, une œuvre créée sur une période de huit ans (2011-2019). Même si ces images reposent sur l’intérêt de longue date porté par l’artiste au portrait, elles sont unies par une contestation du point de vue polarisé sur le fait d’être noir (Blackness), c’est-à-dire soit très visible ou rendu invisible.

Blur joue avec la notion traditionnelle du portrait en buste ; cette série de transferts au gel a été réalisée à partir de photographies montrant des personnes noires, incluant des autoportraits de l’artiste dont la tête, les cheveux et le corps sont saisis au beau milieu d’une action. Blur, c’est le corps noir en mouvement, à la fois collectivement et individuellement. L’énergie cinétique des images sous-entend ce qu’on peut rater en clignant de l’œil : un mouvement animé ou une agitation sous la surface.

Pour Brewster, née à Toronto de parents caribéens, le mouvement consiste en plusieurs choses. À cette époque où la violence raciste contre les Noir.e.s se poursuit, le mouvement exige que nous nous souvenions que le changement advient grâce aux mouvements politiques. L’esthétique du mouvement est également une autre manière de penser la migration, non pas comme un but figé, mais comme une arrivée sans destination (Brand, 2002). Le potentiel existe pour avancer, pour retourner, pour vivre dans l’entre-deux du « black and blur » [noir et flou] (Moten, 2017), dans une ouverture à d’autres lieux. Prenons le Kumina, une pratique religieuse d’origine congolaise poursuivie en Jamaïque, dans laquelle les battements du djembé guident les mouvements énergiques et rythmiques des personnes qui dansent. Miss Queenie, interviewée par la chercheure Maureen Warner-Lewis (1977), décrit ainsi la possession spirituelle du Kumina : « […] is de ting dey call a spirit where you head “pin roun” an’ you pupalick ‘pon you neck » [Traduction : c’est la chose qu’ils appellent un esprit quand ta tête se met à tourner et que ton cou fait une culbute.] La kinesthésie du Kumina est une réorientation du corps. Sa possession spirituelle évoquée par « une culbute du cou » suggère le pouvoir des inversions. Ces mouvements rapides et ces rapports incarnés découlent de la diaspora et de la créolisation. Les Caraïbes, où les cultures interagissent et parviennent, malgré les relations historiques de domination et de subordination, à renverser et à bouleverser ces relations, nous orientent vers les possibilités qu’advienne quelque chose de nouveau. La personne submergée détient le pouvoir de devenir subversive, comme le suggèrent ces portraits gestuels.

De la même manière, la douceur du flou et la qualité intemporelle de Walk on by (captée avec une caméra super-8), où des citoyen.ne.s noir.e.s évoluent tout simplement dans le quotidien de Toronto, sous-entendent non pas une arrivée récente, mais de longs récits de présence, lesquels exigent néanmoins de négocier une dynamique sociale invisible qui façonne le mouvement et la liberté.

Tout comme Blur, The Smiths puise dans la force de la répétition. À l’époque de l’annuaire téléphonique, le nom Smith était répété sur de hautes colonnes, ce qui évoquait comme le dit Brewster « la similitude et l’invisibilité ». Dans Untitled Smith (Cold), des multiples de têtes sans visage, à la silhouette africaine, apparaissent sous forme d’une grille parsemée, à l’occasion, d'éclats de couleur issus des vêtements. Dans Untitled (Plain Black), les personnages Smith deviennent monotones, dotés de coiffures afro et de vêtements en blanc, ce qui évoque le négatif d’une photo. Superposées à l’avant-plan des Smith blancs se trouvent deux images détaillées de jeunes gens portant des vêtements sport et d’inspiration hip hop des années 1980, qui puisent dans la série de portraits antérieure de Brewster intitulée Little Boy, tout en renvoyant à sa préoccupation pour la manière dont les jeunes hommes noirs sont représentés dans la société. Dans Untitled (Whiteout), les Smith sont à peine perceptibles, presque complètement blanchis à la chaux à l’arrière-plan. Quelles sont les perturbations dans les mondes incarnés des Smith (en Amérique du Nord) qui exigent que le fait d’être Noir s’affirme ou s’efface ?

Bien que la pratique artistique de Brewster soit ancrée dans les expériences de la diaspora noire, son travail demande que nous commentions nos propres relations (peut-être d’insurgé.e) aux autres mondes, dans l’esprit et dans la chair.

Auteure : Nalini Mohabir

Traductrice : Colette Tougas

Nalini Mohabir est professeure adjointe de géographies postcoloniales à l'Université Concordia.

Nous tenons à remercier Georgia Scherman de Georgia Scherman Projects et le Dr Kenneth Montague de la Ken Montague / The Wedge Collection.



COMMUNIQUÉ DE PRESSE (pdf)


REVUE DE PRESSE



Sandra Brewster est une artiste visuelle vivant à Toronto. Dans sa pratique, elle explore l'identité, la représentation et la mémoire, en mettant l’accent sur la présence noire. Fille de parents nés en Guyane, elle est particulièrement attentive aux expériences des personnes d'origine caribéenne et aux relations qu’elles entretiennent avec leurs racines.

L'œuvre de Brewster a fait l’objet d’expositions individuelles, notamment au sein des institutions suivantes : Musée des beaux-arts de l’Ontario, Agnes Etherington Art Centre à Kingston, Art Gallery of Guelph, Or Gallery à Vancouver, YYZ Artists’ Outlet et A Space Gallery à Toronto. Elle a participé à des expositions collectives dans les lieux suivants : Mamuzic Gallery à Novi Sad (Serbie), Art Gallery of Nova Scotia à Halifax, Arsenal Habana (Cuba), Dunlop Art Gallery à Regina, Lagos Photo Festival (Nigeria), Musée des beaux-arts de Montréal, Art Gallery of Windsor et Allegheny Art Galleries à Meadville, PA (É.-U.). L'exposition It's all a blur… de Brewster, présentée lors de l’édition 2017 du CONTACT Photography Festival à Toronto, a reçu le prix d'excellence Gattuso. En 2018, elle est la lauréate du prix Toronto Friends of the Visual Arts et artiste en résidence au Musée des beaux-arts de l’Ontario. Brewster est titulaire d'une maîtrise en études visuelles de l'Université de Toronto et d'un baccalauréat en beaux-arts de l'Université York. Elle est représentée par Georgia Scherman Projects.




image

Laura Acosta et Santiago Tavera, The Novels of Elsgüer
(Episode 4) Camouflaged Screams
, 2020, installation multimédia et
performance, dimensions variables. Avec l’aimable permission des artistes. | Multimedia installation and performance, variable dimensions. Courtesy of the artists. © Cedric Laurenty.

Laura Acosta et Santiago Tavera
du 27 février 2021 au 17 avril 2021
The Novels of Elsgüer (Episode 4): Camouflaged Screams

Avec The Novels of Elsgüer, le duo colombien-canadien Laura Acosta et Santiago Tavera a développé un corpus d’installations transdisciplinaire qui explore les notions de représentation, d’identité et d’appartenance à travers la création d'environnements numériques interactifs et immersifs, portés par une narration non linéaire, des paysages sonores expérimentaux, des sculptures textiles et la performance. Chaque installation réfère à un épisode. The Novels of Elsgüer (Episode 4): Camouflaged Screams approfondit l’idée de paysages incarnés : le corps comme site à la fois organique et virtuel qui a la capacité d’influencer et de créer d’autres environnements. Les participant.e.s sont invité.e.s à s’engager activement, ouvrant un nouvel espace de dialogue sur les notions de présence, d’adaptation et d’agentivité.




image

Charlotte Clermont, microsleeps, 2020, photogramme : image numérique transférée sur 16mm.
Avec l’aimable permission de l'artiste. | Videostill: Digital image transferred to 16mm. Courtesy of the artist.

Charlotte Clermont
du 27 février 2021 au 17 avril 2021
microsleeps

La démarche artistique de Charlotte Clermont expérimente la malléabilité de l'image en mouvement à partir de supports filmiques et de bandes magnétiques, afin de constituer des espaces - temps complexes et intimes. Intitulée microsleeps, cette installation filmique à trois canaux – dont les images sont originalement captées en pellicule 16mm et transposées sur support numérique – combine des images figuratives altérées par des procédés chimiques, des plans monochromatiques et des trames sonores qui relèvent de la musique expérimentale et noise. Plusieurs éléments empruntent au cinéma structurel tels que l’esthétique minimaliste, l’usage des plans fixes et les images qui défilent en boucle.




image

Myriam Yates, Classic Playground, Upper West Side, Manhattan, NY, 2018, impression numérique, 35,56 x 53,34 cm. Avec l’aimable permission de l'artiste. | Digital print, 35,56 x 53,34 cm. Courtesy of the artist.

Myriam Yates
du 1 mai 2021 au 19 juin 2021
Playgrounds

Myriam Yates s’intéresse à la relation qui existe entre les lieux et leur représentation, prenant souvent comme point d’ancrage des sites modernes ou en transition, dont le statut singulier questionne les liens entre l’individu, la modernité et l’architecture. L’artiste y soulève subtilement les enjeux sociaux et politiques qui influent sur le choix des espaces que nous valorisons, délaissons ou détournons de leur vocation première. Le corpus photographique de Playgrounds, axé sur les jardins publics et parcs d’enfants, a été réalisé lors d’un séjour à New York à l’automne 2018. Par le biais de cette série, Yates s’interroge sur la place de l’espace libre dans la ville, sur les notions de contrôle, sur l’émergence d’un certain conformisme et sur l’appropriation de l’espace urbain.




image

Gabriela Löffel, Performance, 2017-2018, installation vidéo, 2 canaux, haut-parleurs, 25 min. Avec l’aimable permission de l'artiste. | 2-Channel video installation, speakers, 25 min. Courtesy of the artist.

Gabriela Löffel
du 1 mai 2021 au 19 juin 2021
[Performance]

La pratique de Gabriela Löffel s’intéresse tout particulièrement à ces zones liminales où s’opèrent des glissements de sens. L’artiste poursuit une recherche qui questionne les systèmes et les structures qui régissent la représentation, l’interprétation de la réalité. Avec [Performance], projection vidéo à deux canaux, elle analyse l’enregistrement audio du discours de présentation d’un directeur technique d’une société de Homeland-Security. Cette œuvre déconstruit la forme parlée et le contenu du discours afin de faire ressortir les procédés de production et la rhétorique d’un langage efficace, servant à véhiculer des intérêts économiques et politiques. Il est aussi question d’examiner le processus d’optimisation et d’appropriation de la prise de parole en public.





MOMENTA | Biennale de l'image; Commissaire | Curator: Stefanie Hessel; Artiste à confirmer | Artists to confirm

du 10 septembre 2021 au 23 octobre 2021
Quand la nature ressent

L’édition 2021 de MOMENTA | Biennale de l’image, intitulée Quand la nature ressent, est portée par la volonté de troubler la séparation entre la nature et sa représentation. Les expositions présenteront des œuvres d’artistes qui engagent des stratégies de décolonisation et examinent les écologies queers afin de réimaginer les politiques environnementales et la notion de naturel. MOMENTA 2021 s’emploiera à décentrer l’humain occidental en tant que producteur de savoirs sur le monde naturel – créateur souvent à l’avant-plan – pour faire place à des perspectives qui émergent de la frontière floue entre culture et nature, qui intègrent des formes différentes de connaissances, à la fois humaines et non humaines. Audacieuses et porteuses d’espoir, ces histoires « autres » révèlent un changement de perception dirigé vers la réponse des systèmes planétaires en tant que narrateurs de leur propre logique. En se tournant vers les énonciations propres à la nature, la biennale explorera de nouvelles sensibilités bienveillantes.

La commissaire Stefanie Hessler propose d’explorer les systèmes planétaires en tant que narrateurs de leur propre logique, thème autour duquel s’articuleront les expositions, la publication et l’ensemble des activités publiques de la biennale.



Stefanie Hessler (Allemagne) est commissaire, auteure et éditrice. Son travail se concentre sur les systèmes interdisciplinaires, développés à partir d’un point de vue féministe intersectionnel et avec un intérêt pour les océans et autres écologies.





Caroline Cloutier
du 13 novembre 2021 au 18 décembre 2021

Caroline Cloutier poursuit ses recherches sur les pratiques spatiales de la photographie. S’intégrant à l’architecture des lieux investis, ces installations démontrent les extensions du dispositif photographique qui abordent spécifiquement les modes d’interaction entre l’image, l’espace et la perception. Usant d’une approche formaliste, doublée d’une facture dépouillée et minimale, Cloutier module et ouvre l’espace en créant des passages virtuels et des illusions en trompe-l’œil à l’aide de jeux d’éclairage et de miroirs. Elle opère de la sorte une mise en abîme du dispositif d’exposition. Sa nouvelle série fait état de ses réflexions basées sur des constructions spatiales, combinant emboîtement d’espaces, activation du hors-champ et jeux de perspectives.

Caroline Cloutier est la lauréate 2020 de la bourse de La Fondation J. Armand Bombardier.

Fondation J. Armand Bombardier
Créée en 1965 par l'épouse et les trois filles de l'inventeur, la Fondation J. Armand Bombardier participe à l’avancement des individus, des organisations et des communautés en appuyant des initiatives qui favorisent l’innovation sociale et le renforcement des capacités. Depuis ses débuts, elle est l’un des vecteurs choisis par Bombardier pour réaliser sa responsabilité sociale.

Une fondation, trois destinations : la Fondation œuvre en philanthropie tout en soutenant le Musée de l'ingéniosité J. Armand Bombardier et le Centre culturel Yvonne L. Bombardier à Valcourt, à travers lesquels elle promeut la persévérance scolaire et l'accès aux arts et à la culture.

REVUE DE PRESSE

CHOQUETTE, Emmanuelle (2020). « Caroline Cloutier, Variations», Espace art actuel, no. 126, automne, pp. 96-98.





Olivia Boudreau
du 13 novembre 2021 au 18 décembre 2021
Haut voltage

Offrant des expériences qui engagent le visiteur dans la lenteur et la durée, la pratique d’Olivia Boudreau accorde un grand intérêt à la représentation du corps féminin, mis en performance. Cette temporalité instaure une présence qui reconsidère notre relation à l'image en mouvement. Avec Haut voltage, Boudreau initie un nouveau cycle de création, axé sur le thème de la réconciliation, la réparation, la restauration. Selon l’artiste, « il s’agit probablement du geste le plus important que nous ayons à faire en ce moment. Cette idée s’exprime autant dans la vie ordinaire de nos objets que dans la nécessité de repenser notre relation à l’autre et au monde ». Boudreau envisage réaliser une installation vidéo sous la forme d’un plan-séquence qui se déploie dans la durée, ainsi qu’une performance reposant sur un protocole à partir duquel chaque interprète dépend de l’autre pour assurer son bien-être et sa sécurité.