Optica
+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

2018 - 2019

Programmation

Maryse Larivière
du 7 septembre 2018 au 20 octobre 2018

Paul Litherland, Monique Moumblow
du 7 septembre 2018 au 20 octobre 2018

Maryse Larivière
du 7 septembre 2018 au 7 septembre 2018

Geneviève Chevalier
du 10 novembre 2018 au 15 décembre 2018

Virginie Laganière
du 10 novembre 2018 au 15 décembre 2018




image

Maryse Larivière, Under the Cave of Winds, 2017.
Film 16mm avec son, 4 minutes 3 secondes | 16mm film with sound, 4 minutes 3 secondes. Avec l'aimable permission de l'artiste | Courtesy of the artist

Maryse Larivière
du 7 septembre 2018 au 20 octobre 2018
Under the Cave of Winds

Vernissage, vendredi le 7 septembre - 18h

Samedis famille : 15 septembre et 20 octobre

Dans ses textes poétiques et ses essais, souvent de nature autofictionnelle, Maryse Larivière met en procès sa propre voix en dépassant les oppositions entre une expérience vécue de l’affect et la construction symbolique de la différence sexuelle. Sous le couvert de la recherche en histoire de l’art, elle produit également des analyses de pratiques artistiques des années 1970 (Joyce Wieland, entre autres) qui ont été contemporaines de l’émergence du concept de venue à l’écriture féminine au sein du champ littéraire. Une composante de l’installation Under the Cave of Winds, à OPTICA, son roman épistolaire Orgazing, poursuit cette démarche consistant à assembler des fragments référentiels en mêlant les registres stylistiques (poésie, théorie, autobiographie). L’action est campée sur l’Ile de Staffa, en Écosse. Depuis sa cellule, au sommet de la caverne de Fingal, la narratrice écrit des lettres à son amant, et tisse un discours amoureux situant la jouissance sonore du langage au-devant de la reconnaissance de son désir par l’« autre ». En tant que lecteur, nous prenons la place de ce sujet hypothétique – en principe masculin – auquel s’adresse l’auteur, tout en restant un tiers, hors de la relation transférentielle. L’exposition encourage pourtant des gestes d’effraction dans l’espace littéraire par le truchement d’une « adaptation » volontairement inadéquate du livre. Un film 16 mm monte ainsi bout à bout des fragments narratifs issus de la décomposition de ce « texte source ». L’artiste y joue la figurante de l’auteure captive, en évitant cependant de montrer son visage. On y aperçoit subrepticement le paysage escarpé et l’architecture de la geôle. Suturant en un bloc le dispositif cinématographique, la scène de l’écriture et le lieu dans lequel nous déambulons, les sculptures agissent comme autant de charnières ou de pivots. Certaines d’entre elles sont dotées d’une fonction de dissimulation, par exemple le rocher qui cache le projecteur du film, d’où émane alors seulement un faisceau lumineux, tandis que l’envers de l’écran devient une structure portante pour un perroquet absent. Or, ces balises en apparence immobiles changent aussi de forme pendant notre visite. Dans la parallaxe, leur configuration fait ainsi doublement écho au processus de traduction auquel s’est livré Larivière en composant Orgazing (l’anglais n’est pas sa langue maternelle) et aux mouvements fluides du psychisme du personnage du roman inventant son propre idiome, constitué autant de mots dits que d’air expiré.

Auteur : Vincent Bonin

Vincent Bonin est auteur et commissaire. Il vit à Montréal. Il a récemment publié l’ouvrage D’un discours qui ne serait pas du semblant/Actors, Networks, Theories, Dazibao, Galerie Leonard et Bina Ellen, Montréal.

Lecture publique du livre Orgazing à OPTICA, vendredi le 7 septembre - 19h.

Maryse Larivière, Orgazing, Calgary, Untitled Art Society, 2017, 64p.
Roman épistolaire, prose et poésie
disponible à OPTICA, 20$

COMMUNIQUÉ DE PRESSE (pdf)





Maryse Larivière est chercheure, auteure et artiste. Elle vit à Montréal. Elle a notamment exposé à la Walter Philips Gallery, The Banff Centre, AB, aux Oakville Galleries et à la galerie Division, Montréal.




image

Deb VanSlet, Running, 1996
Image tirée de la vidéo | Video Still
Avec l'aimable permission de l'artiste | Courtesy of the artist

Paul Litherland, Monique Moumblow
du 7 septembre 2018 au 20 octobre 2018
47 Storeys

Vernissage, vendredi le 7 septembre - 18h

Samedis famille : 15 septembre et 20 octobre

« C’est la vie jusqu’à ce que mort s’ensuive. » Grace Paley

Les expériences que nous transformons en récits font partie intégrante de notre devenir. Par contre, certains récits dont nous nous rappelons sont plus marquants que d’autres. Ces récits sont souvent composés de « souvenirs vitaux » (Brown et Levy) qui évoquent un moment tragique ou traumatisant dans la vie de quelqu’un. Les récits vitaux ne sont pas toujours cohérents ou constants. Il se peut qu’on les raconte un peu différemment, qu’on ne se rappelle que de fragments ou qu’on les embellisse. Même si on les partage avec d’autres, il est possible que nous réprimions ou oubliions des détails avec le temps.

47 Storeys est une histoire vitale de ce type. En 1996, Paul Litherland se rend dans un bar au sommet d’un édifice très élevé, prend une bière, attend que les autres clients et le personnel quittent l’endroit, puis saute en parachute dans le ciel nocturne, atterrissant en toute sûreté dans la rue au grand étonnement de deux fêtards tardifs. Trois mois après le saut, craignant d’oublier des détails importants, Paul documente son aventure sur vidéo. Vingt années plus tard, il revisite l’événement avec Monique Moumblow. Ils refont le montage de la bande originale de quarante-trois minutes, la ramenant à onze minutes. Paul tente ensuite de reconstituer sa performance originale sur vidéo. Sur un écran, on voit Paul assis, en train de s’écouter avec un casque et de parler par-dessus son récit original. Sur un deuxième écran, Paul essaie de répéter sa performance originale, mot par mot et geste par geste. Sur le troisième écran apparaît le nouveau montage de l’original. Ces trois rendus différents du récit, à trois moments séparés, sont presque pareils, mais ils ne s’alignent jamais parfaitement. Peu importe le temps de pratique qu’on y met, le récit n’est jamais exactement ce qu’il était.

47 Storeys est une lecture intelligente et légèrement humoristique de « l’acte performatif de fabrication de souvenirs » (Kuhn). Raconter le passé ré-active et catapulte les souvenirs dans le présent, souvent avec des aide-mémoire comme des bandes vidéo et un équipement de parachutisme que Paul conserve toujours et encore. Ses réminiscences maladroites et hésitantes mettent à nu son processus performatif de fabrication de souvenirs, alors que le passé et le présent se heurtent dans un moment temporel unique superbement mis en images dans cette vidéo à trois canaux.

En réitérant ce récit vital, un Paul aux cheveux grisonnants et à lunettes bouge en parfaite harmonie avec son ancien moi. Cette collision temporelle invite à une réflexion à la fois sur les reconstitutions de souvenirs, les récits et les vicissitudes du vieillissement – « les liens toujours fluctuants entre les moi jeune et vieux » (Segal). On voit, on entend et on sent ces fluctuations, ressentant un vertige de médiation narrative : le souvenir « post-hoc » de Paul est rendu dans un récit et saisi sur une bande vidéo, laquelle a ensuite été rematricée numériquement dans le présent pour l’avenir. C’est l’absence de documentation de l’événement original – aucune image, photographie ou vidéo GoPro – qui rend le récit renouvelé de ce moment si nécessaire et fascinant. Heureusement, Paul a survécu pour retisser son histoire maintes et maintes fois.

Auteure : Kim Sawchuk

Kim Sawchuk est professeure et directrice de Ageing-Communication-Technologies (www.actproject.ca), Université Concordia.

Crédits/Remerciements

Réalisation : Monique Moumblow
Performeur : Paul Litherland
Caméra 1996 et 2016 : Deb VanSlet
Répétitrice performance : Alexis O’Hara
Mixage son : Steve Bates
Traduction de la vidéo : Jo-Anne Balcaen
Texte : Kim Sawchuk
Video synchronizer : Nelson Henricks
Location : Maerin Hunting
Prêt de materiel : Frederick Masson
Painture : Karen Elaine Spencer
Équipe OPTICA : Esther Bourdages, Philippe Chevrette, Marie-Josée Lafortune
Conseil des arts et des lettres du Québec
Concordia University Part-time Faculty Association
Nicole Gingras
Lorraine Oades
Yudi Sewraj
Karen Trask

Performance de Paul Litherland à OPTICA, Samedi le 20 octobre 2018
16h à 17h

COMMUNIQUÉ DE PRESSE (pdf)




Monique Moumblow est vidéaste et fan de récits spectaculaires.

Paul Litherland est un gentleman aventurier, un plongeur sous-marin qui se cache dans une pièce remplie de wingsuiters.




image



Maryse Larivière
du 7 septembre 2018 au 7 septembre 2018
Lecture publique du livre Orgazing à OPTICA

vendredi le 7 septembre - 19h. Maryse Larivière, Orgazing, Calgary, Untitled Art Society, 2017, 64p.
Roman épistolaire, prose et poésie
disponible à OPTICA, 20$

Orgazing est un roman épistolaire qui se déroule sur l'île reculée de Staffa. Une femme, détenue dans une institution construite sur la grotte de Fingal, s’adresse à son bien-aimé à propos de leur révolution ratée, de sa tentative de transformer l’écriture en chant télépathique et de ses efforts pour développer ce mode de communication pendant son incarcération. Entre prose et poésie, mot et chant d'oiseau, Orgazing explore les limites du corps et de la voix, articulant un désir instable de métamorphose. Les thèmes explorés dans le livre de l'artiste Orgazing incluent les chemins sinueux du désir féminin, les flux errants de la nature et de la culture, et la relation concertée et agentielle entre l'esprit et le corps dans la création et la réflexion de l'art.




image

Geneviève Chevalier, Bord d'attaque / Bord de fuite - Leading Edge / Trailing Edge, 2018.
Impression jet d'encre sur papier coton, 43,18 X 60,96 cm.
| Inkjet printing on cotton paper,
43,18 X 60,96 cm. Avec l'aimable permission de l'artiste | Courtesy of the artist

Geneviève Chevalier
du 10 novembre 2018 au 15 décembre 2018
Bord d’attaque / Bord de fuite

Vernissage, samedi le 10 novembre - 15h à 17h

Samedis famille : 17 novembre et 15 décembre

Bord d’attaque / Bord de fuite de Geneviève Chevalier prend la forme d’une installation vidéo à deux écrans, accompagnée d’un carnet, qui se penche sur la condition des oiseaux de mer boréaux à l’ère des changements climatiques. La vidéo juxtapose des images tirées de l’exploration de divers sites et colonies d’oiseaux de mer à travers l’Écosse et au Québec, ponctuée par des entretiens menés auprès de Sarah Wanless, chercheure émérite britannique des oiseaux marins et Dominique Berteaux, biologiste québécois titulaire de la chaire de recherche en biodiversité nordique. Le livre, quant à lui, fait écho à la vidéo et offre des pistes de réflexion et des éléments de réponse.

REVUE DE PRESSE

MAVRIKAKIS, Nicolas. «Les arts visuels sous le signe de l’engagement», Le Devoir, 25 et 26 août 2018.




image

Virginie Laganière, Le Prisme, 2017.
Photographie du travail en cours.
Avec l'aimable permission de l'artiste | Photograph of work in progress,
Courtesy of the artist

Virginie Laganière
du 10 novembre 2018 au 15 décembre 2018
Le Prisme

Vernissage, samedi le 10 novembre - 15h à 18h

Samedis famille : 17 novembre et 15 décembre

Dans le cadre de l’exposition Le Prisme, Virginie Laganière propose une réflexion sur le phénomène des colonies marines de l’ère fasciste en Italie qui servaient de camps estivaux sous fond d’endoctrinement politique. L’artiste s’intéresse a priori à la charge sociopolitique qui accompagne cette tranche d’histoire, mais surtout à l’exceptionnelle exploration architecturale aux élans futuristes qui a attiré l’attention des passionnés du modernisme à l’international. Elle expérimente in situ avec l’espace de la galerie afin de construire de petits modules architecturaux pouvant accueillir un diptyque vidéographique.

REVUE DE PRESSE

MAVRIKAKIS, Nicolas. «Les arts visuels sous le signe de l’engagement», Le Devoir, 25 et 26 août 2018.